10.09.2019 Mobilité des enfants et des adolescents : plus de transports publics, moins de vélo

Le fait que les enfants et les adolescents se déplacent à pied ou à vélo est bon pour leur santé. Mais comment circulent-ils effectivement ? Une étude menée en commun par l’OFROU, l’OFSP et l’OFSPO analyse les différents schémas de mobilité.

Photos Mobilité des enfants et des adolescents : plus de transports publics, moins de vélo

TODO CHRISTIAN

Ces vingt dernières années, la façon de se déplacer a profondément changé chez les enfants et les adolescents. Le vélo en tant que moyen de transport a fortement perdu de son attrait auprès des adolescents, qui préfèrent se déplacer à pied ou en transports publics (TP).

6 à 12 ans : peu de changement
Chez ces enfants, les comportements en termes de mobilité ont peu changé ces vingt dernières années. Ils parcourent plus de la moitié de leurs trajets quotidiens à pied, contre 10 % à vélo. La proportion de parents qui les conduisent à l’école ne constitue un problème que localement. Elle varie nettement entre la Suisse romande et la Suisse alémanique (respectivement 27 % et 8 % chez les 6 à 7 ans). La grande majorité des enfants vont à l’école primaire à pied ou à vélo du fait de sa proximité : deux tiers des trajets font moins d’un kilomètre.

13 à 15 ans : la proportion de vélos s’est stabilisée après avoir diminué
Ces adolescents font un tiers de leurs déplacements à pied. Ils utilisent le vélo pour environ un déplacement sur cinq. Si la proportion de cyclistes au sein de ce groupe d’âge a fortement chuté depuis 1994, elle a légèrement augmenté en 2015. Dans l’ensemble, plus de la moitié des déplacements se font de manière active.

16 à 20 ans : déplacements motorisés en majorité
Les jeunes adultes utilisent les TP pour 30 % de leurs déplacements et une voiture ou une moto pour 34 %. Aujourd’hui, les jeunes passent leur permis de conduire plus tard qu’il y a 20 ans. C’est surtout dans ce groupe d’âge que les tendances en matière de mobilité ont le plus changé. Les adolescents se déplacent nettement plus en transports publics (30 %) et à pied (26 %) qu’en 1994. Seuls 6 % utilisent un vélo.

Daniel Sauter, auteur de l’étude, explique cette évolution par les trajets toujours plus longs pour atteindre les établissements de formation. Pour parcourir les longues distances, les adolescents prennent souvent les TP. S’ils ont un abonnement de TP pour se rendre à l’école, ils l’utilisent aussi durant leurs loisirs. Alors que le vélo a perdu de son attrait chez les adolescents, ces derniers ont un avis positif sur les TP : le bus ou le train leur permet de bavarder ou de surfer sur Internet. L’utilisation accrue des TP a pour effet que les trajets vers et depuis les arrêts sont souvent parcourus à pied.

Grandes différences selon les régions linguistiques
Les schémas de mobilité sont très différents d’une région linguistique à l’autre. Par exemple, les enfants et les jeunes se déplacent beaucoup moins à vélo en Suisse romande et au Tessin qu’en Suisse alémanique. Au Tessin, le transport individuel motorisé est nettement plus important qu’ailleurs et, par conséquent, la proportion de déplacements en TP beaucoup plus faible.

La mobilité active est favorable à la santé
L’OMS et le réseau hepa.ch (Health-Enhancing Physical Activity) de l’Office fédéral du sport (OFSPO) recommandent que les enfants pratiquent une activité physique au moins une heure par jour. Selon l’étude, ce laps de temps se situe entre 30 et 60 minutes pour un quart des enfants et des jeunes. Toutefois, le jour de l’enquête, près de la moitié ne se sont pas déplacés activement, ou moins de 30 minutes. En moyenne, la mobilité active (marche, vélo) couvre environ 20 % des recommandations en la matière. L’étude a également permis d’analyser la corrélation entre l’indice de masse corporelle et la mobilité, avec des résultats contrastés.

Influence sur le choix du moyen de transport
L’existence et la qualité des places de stationnement pour vélos, la détention d’un abonnement de TP et le nombre de voitures disponibles à la maison sont des éléments déterminants dans le choix du moyen de transport.

Links

Contact

Andrea Poffet
Division Prévention des maladies non transmissibles
section Bases scientifiques

Nach oben