16.09.2019 Pensées suicidaires et tentatives de suicide en Suisse

Chaque jour, deux à trois personnes se suicident en Suisse. Mais ce chiffre n’est que la partie émergée de l’iceberg : l’enquête suisse sur la santé 2017 révèle maintenant qu’environ 33 000 personnes ont tenté de s’ôter la vie au cours de l’année précédente.

Photos Pensées suicidaires et tentatives de suicide en Suisse

TODO CHRISTIAN

Contrairement aux suicides effectifs, les tentatives ne font pas l’objet d’un recensement systématique en Suisse. Toutefois, le plan d’action national pour la prévention du suicide s’est notamment fixé pour objectif d’améliorer les données disponibles à ce sujet. L’édition 2017 de l’enquête suisse sur la santé (ESS) était ainsi la première à comporter des questions sur les tentatives de suicide. L’Obsan, mandaté par l’OFSP, en présente les résultats à l’occasion de la journée mondiale pour la prévention du suicide, le 10 septembre. L’enquête portait également sur les pensées suicidaires.

Plus de 3 % de la population suisse a déjà tenté de se suicider, ce qui représente plus de 200 000 cas. Il ressort des déclarations de ces personnes qu’elles sont globalement en moins bonne santé que les répondants sans antécédents suicidaires. Elles présentent plus souvent des problèmes psychiques – même longtemps après leur tentative, – mais sont également deux fois plus nombreuses à souffrir de douleurs physiques importantes. Les résultats de l’ESS montrent ainsi à quel point il est important d’aider précocement les personnes traversant des crises suicidaires.

15 % des sondés qui avaient fait une tentative dans les 12 mois précédents n’en ont parlé à personne. Beaucoup des personnes concernées se sentent seules et ne bénéficient pas du soutien social dont elles ont besoin. En outre, elles manquent de confiance dans leur capacité à influencer leur propre vie.

Lorsqu’on traverse une crise suicidaire, il est important de se confier à quelqu’un avant d’adopter un comportement autodestructeur. Les personnes concernées et leur entourage trouveront des conseils à ce sujet et des offres de soutien sur le site internet www.parler-peut-sauver.ch.

Links

Nach oben