21.01.2020 TDAH à l’école : apprendre avec des enfants difficiles

Chaque classe ou presque comprend des enfants impulsifs et dissipés. L’OFSP finance des formations continues qui visent à apprendre aux enseignants à mieux intégrer en classe les enfants qui ont des troubles du comportement et à mieux les encourager pendant les cours. Le nombre de diagnostics de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) et la consommation de Ritaline® ont fortement augmenté au début des années 2000. Au cours de ces dix dernières années, les ventes de médicaments montrent toutefois que la situation s’est stabilisée.

Photos TDAH à l’école : apprendre avec des enfants difficiles

TODO CHRISTIAN

Environ 5 % des élèves sont touchés par un TDAH. Beaucoup d’enseignants ne savent pas vraiment comment encourager ces élèves.

En Suisse, environ 5 % des élèves présentent à ce jour des troubles du spectre du TDAH (voir encadré). Un TDAH pendant l’enfance n’a pas seulement des répercussions sur les apprentissages et le cursus scolaire ; il est aussi associé à un risque accru de consommation de substances addictives et de violence dans des phases ultérieures de la vie.

Pistes de solution
Le comportement de ces enfants peut aussi être pesant pour les enseignants. Beaucoup ne savent pas vraiment comment encourager ces élèves dans le cadre de l’enseignement ordinaire. Afin d’aider le corps enseignant à faire face aux défis posés par les TDAH et de contribuer ainsi de manière essentielle à la prévention des difficultés d’adaptation en milieu scolaire et dans la société, le Centre Apprentissage et socialisation de la Haute école pédagogique de la Suisse du Nord-Ouest (PH FHNW) a développé, en collaboration avec des enseignants du canton de Soleure, des stratégies adaptées et des pistes de solution pour gérer les TDAH dans le contexte scolaire. Financée par l’OFSP, l’étude interventionnelle pour l’encouragement des enfants présentant des troubles de l’attention et du comportement à l’école (« Interventionsstudie zur Förderung von Kindern mit Unaufmerk­samkeit und Verhaltens­auffäl­ligkeiten in der Schule » ou Fokus, en allemand) a par ailleurs permis de concevoir pour les enseignants des écoles primaires une offre de formation continue dont les résultats ont été scientifiquement contrôlés.

Structurer judicieusement l’enseignement
Les mesures définies dans le cadre de l’approche Fokus comprennent des éléments pour gérer la classe tels qu’une roue colorée ou la mise en place de différents coins d’apprentissage. La roue colorée permet aux enseignants de donner délibérément un certain rythme aux leçons – et de signaler clairement aux élèves s’ils se trouvent dans une phase de travail dans le calme ou dans une période de jeux libres ou d’activités similaires. L’aménagement de différents coins d’apprentissage (avec des zones clairement délimitées pour l’activité physique, le repos, la documentation ou le jeu, p. ex.), voire de postes de travail individuels, offre aux enseignants la possibilité de diviser de manière judicieuse l’espace de cours. L’objectif de ces mesures est entre autres de structurer l’enseignement pour offrir aux élèves qui présentent des troubles du comportement une orientation claire et le moins de distractions possible.

Meilleure cohésion de la classe
L’approche Fokus comprend aussi des éléments directement destinés aux enfants qui présentent des troubles du comportement. Citons notamment des exercices acoustiques de concentration ou l’intégration de courtes séquences d’exercice physique dans les cours. Les résultats de l’étude prouvent que ces mesures ont un impact positif sur les problèmes d’attention et, dans une certaine mesure, sur l’hyperactivité et l’impulsivité des enfants. L’approche Fokus favorise en outre l’intégration des enfants touchés par un TDAH, ce qui a aussi des répercussions positives sur leur comportement : une plus forte cohésion de la classe les stabilise et les apaise. On peut donc déduire des résultats de l’étude Fokus que la concentration et la valorisation sont des instruments plus efficaces que l’exercice physique et le sport face à l’hyperactivité et l’impulsivité en classe.

Les enfants atteints de TDAH doivent non seulement bénéficier d’un suivi psychologique et, le cas échéant, d’un traitement médicamenteux, mais aussi être soutenus et encouragés grâce à des mesures pédagogiques. L’efficacité de l’approche Fokus met en lumière la manière dont le corps enseignant peut gérer les troubles de l’attention et l’hyperactivité à l’école primaire. Les hautes écoles pédagogiques de plusieurs cantons de Suisse alémanique ont intégré un cours basé sur ce concept dans leur offre de formation continue.

Trouble du déficit de l’attention / hyperactivité (TDAH)

Le TDAH est le trouble psychiatrique le plus répandu chez l’enfant et l’adolescent, ce diagnostic étant sensiblement plus fréquent chez les garçons que chez les filles. Le TDAH se manifeste par des problèmes d’attention, d’impulsivité et d’autorégulation, auxquels s’ajoutent souvent une forte agitation physique ou une hyperactivité. Ces symptômes n’ont toutefois pas valeur de maladie : le diagnostic de TDAH n’est justifié que lorsque les symptômes entraînent visiblement une souffrance ou ont des répercussions négatives évidentes dans plusieurs domaines de la vie.

Le TDAH, qui est un trouble neurobiologique, a en grande partie des causes génétiques. Auparavant considéré comme un simple problème de comportement, on y voit aujourd’hui toujours plus un retard complexe de développement du système cérébral d’autorégulation. Des études au long cours ont prouvé que le TDAH persiste à l’adolescence chez 40 à 80 % des enfants chez qui on a posé un diagnostic et même plus tard, à l’âge adulte, dans un tiers des cas.

Links

Contact

Anna Rickli
unité de direction Santé publique

Nach oben